Loading...

IMPERIAL

SÉRÉNISSIME

Vue de l’entrée de l’arsenal par Canaletto, 1732

À Venise, le quartier du Rialto était proche d’une vraie bourse des valeurs, selon l’historien Fernand Braudel. Même si les obligations y dominent, les marchands du grand commerce mondial y échangent aussi des participations dans les galères vénitiennes, divisées en « carats », et mises aux enchères. Ce système de l’Incanto des galées du marché a permis à Venise d’entreprendre à partir du xive siècle des aventures maritimes à très grande échelle. À son apogée, au milieu du xve siècle, la ville armait une flotte évaluée à 6 000 galères vénitiennes, permettant des convois réguliers pour sillonner la mer Méditerranée. Ce système est créé dès 1283, sous régie d’État. Il faut attendre 1315 pour les premières enchères à but commercial, concernant les lignes menant à l’Angleterre et aux Flandres. L’État vénitien en crée en 1347 une troisième menant à Alexandrie, en 1374 une quatrième vers Beyrouth, en 1402 une cinquième vers Aigues-Mortes, puis en 1436 une reliant les ports de la côte africaine à l’Espagne. La création de cette « Bourse du Rialto » stimule la construction des flottes marchandes, qui nécessite, entre 1303 et 1325, le quadruplement de la superficie de l’arsenal de Venise, premier site industriel du monde, protégé par une enceinte de 25 hectares.

Vue extérieure du Louvre depuis François 1er jusqu’à Louis XIII, prise du fossé de la porte de Nesle

Leonardo Loredan (né le 16 novembre 1436 à Venise – mort dans la même ville le 21 juin 1521) est le 75e doge de Venise, élu en 1501, son dogat dure jusqu’en 1521. (1515 Marignan, François Ier gagne contre des suisses avec l’aide de vénitiens.)

François I, Empereur des Romains, 1708 – 1765

Joseph II, Empereur des Romains, 1741-1790

Léopold II, Empereur des Romains, 1791-1792

L’empereur de Russie Paul Ier (1754 -1801)

L’Empereur d’Autriche François I

Sacre de Napoleon

François Joseph I, 1830 1916

DE L'AIGLON ET
DU LION

Carte du Grand-duché et de la république de Bade, de 1819 à 1945

A la suite de ses victoires en Italie, Bonaparte, qui marche sur Vienne, signe un armistice avec l’Autriche et décide brusquement de s’emparer de Venise. Dès 1797, Bonaparte n’a que faire des instructions du Directoire, qui varient d’ailleurs en fonction du directeur qui l’emporte. Prendre Venise permettrait de récupérer immédiatement une marine bien équipée, d’alimenter les caisses de l’armée d’Italie sans frais et, pour Bonaparte entré en Autriche, d’empêcher les Autrichiens de tenter un mouvement sur sa droite.

Le 17 avril 1797, alors que les troupes de Bonaparte occupent Vérone depuis novembre, des troubles qualifiés de Pâques véronaises fournissent à Bonaparte un prétexte pour intervenir. Trois jours plus tard, sous le feu ennemi, un navire de guerre français perd son capitaine, le jeune Laugier, au large du Lido. Le 1er mai, Bonaparte déclare la guerre à la Sérénissime. Mais, dès le 12 mai, le doge Ludovico Manin et le Grand Conseil se démettent conjointement de leurs fonctions, abolissent la République et s’en remettent à un gouvernement provisoire. Le 15 mai, 3 000 Français embarquent à Mestre sur 40 chaloupes et investissent Venise dans le calme. Les préliminaires de paix qui suivent l’armistice de Loeben (18 avril 1797) et le traité de Campoformio (17 octobre 1797), qui les confirme, établissent la cession de Venise et de la plupart de ses possessions à l’Empereur. La contrepartie intéressante pour la France est de faire reconnaître sa mainmise sur la République cisalpine, qui, avec Ancône sur l’Adriatique, lui assure à la fois le moyen de couper de l’Empire le sud de la péninsule italienne, et de déboucher sur l’Adriatique.

DARK WOOD ?

GANIMED

par Anibal Amiot

*

CRÉDITS

*

CONCEPTEUR WEB

www.freddymotion.com

Freddy Lavaury

*

REMERCIEMENTS

Marie-Laure Pannier

Alexandre Tissot