Loading...

DOUBLE AVAL

Pour qu’un témoignage soit valable, la loi juive précise qu’il faut au moins deux témoins…

« Tout le peuple en l’écoutant et même les collecteurs d’impôts ont reconnu la justice de Dieu en se faisant baptiser du baptême de Jean.

Mais les Pharisiens et les légistes ont repoussé le dessein que Dieu avait pour eux, en ne se faisant pas baptiser par lui.

A qui donc vais-je comparer les hommes de cette génération ?

Ils sont comparables à des enfants assis sur la place et qui s’interpellent les uns les autres en disant : « Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ; Nous avons entonné un chant funèbre, et vous n’avez pas pleuré. »

« En effet, Jean le Baptiste est venu, il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : « Il a perdu la tête. » Le Fils de l’homme est venu, il mange, il boit, et vous dites : « Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des collecteurs d’impôts et des pécheurs.

Mais la Sagesse a été reconnue juste par tous ses enfants. » TOB Lc 7.29

Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas valable. Un autre témoigne de moi, et je sais qu’il est valable le témoignage qu’il me rend.

Vous avez envoyé trouver Jean et il a rendu témoignage à la vérité.

Quant à moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis cela pour que vous, vous soyez sauvés. Celui-là était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière.» Jn 5.31 ; 35

A ce propos une tradition enseigne qu’elle est cachée pour les justes.

En ceci ils se lèveront et ils se conjoindront par le désir caché, pour produire des fruits et des rejetons dans le monde, alors :

« La droite de YHVH s’est exaltée » (Ps. 27:16).

« Le rédempteur dit à Boaz : Acquiers pour toi, et il tira sa sandale » (Ruth 4:8), comme il est écrit : « Il tire de son corps le trait »(Job 20:25).

Il s’agit de l’éveil de l’alliance, c’est un euphémisme. Car dès que la droite s’est animée à l’adresse du Juste, aussitôt « Il tira sa sandale », c’est son éveil envers le monde inférieur [88c].

Alors il arde pour produire des fruits dans le monde, par l’ardeur de ce rédempteur proche, et il s’éveille à l’intention du monde et dit :« Acquiers pour toi ».

Jusqu’ici [ont été exposés] les secrets de ce rouleau.

Rabbi Néhoraï et Rabbi Yehodaï s’approchèrent et lui baisèrent la tête et les mains. Ils s’exclamèrent : La lumière du Sinaï se trouve sûrement aussi devant lui !

Il est la flamme de la lumière.

ALPHA - BET

Annonce de celui qui vient :

« Le peuple était dans l’attente et tous se posaient en eux-mêmes des questions au sujet de Jean : ne serait-il pas le Messie ? Jean répondit à tous : « Moi, c’est d’eau que je vous baptise ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de délier la lanière de ses sandales… » Lc.3.15

Cette phrase attribuée à Saint Jean-Baptiste, prend tout son sens, à la lumière du texte suivant sur l’ordre des lettres.

« Autrefois, en Israël, pour valider une affaire quelconque, relative à une délivrance ou à un échange, l’un tirait sa sandale et la donnait à l’autre, c’était un témoignage en Israël » (Ruth 4:7). Nos maîtres ont expliqué ce verset et ont dit : Il est écrit : «Jadis tu as fondé la terre, et les cieux sont l’œuvre de tes mains » (Ps. 102:2(1).

Lorsque le Saint béni soit-il a créé son monde, il ne le créa qu’avec la Torah, et la Torah existait deux mille ans avant que le monde soit créé, ainsi qu’il est dit: «Je faisais ses délices jour après jour. » (Pro. H:30)

Une tradition enseigne : Quand le Saint béni soit-il créa son monde, il disposa la Torah, comme il est écrit : « Alors il la vit et l’évalua, il l’apprécia et même la scruta (Job 28:27) et il créa avec elle le monde, puis il la cacha.

Jusqu’à ce qu’il crée le premier homme à qui il l’enseigna, ainsi qu’il est dit :« Et il dit à l’homme : la crainte de YHVH, voilà la sagesse, et s’écarter du mal, voilà l’intelligence » (ibid. 28).

A ce moment, toutes les lettres se présentèrent devant Lui.

L’une disait : le Saint béni soit-il créera son monde avec moi, l’autre disait : c’est avec moi que le Saint béni soit-il créera son monde !

Toutes les lettres se présentèrent devant Lui dans l’ordre inverse de l’alphabet : tav, chin, rech…

Tav

Le tav vint et dit devant le Saint béni soit-il : Maître de l’univers, daigne créer avec moi ton monde, car, je suis le sceau de toutes les lettres, de plus, ton Nom qui est vérité (emet) est scellé par moi.

Il lui répondit : Non, il ne convient pas que je crée mon monde avec toi, car par toi dans l’avenir de nombreux justes parmi mes enfants mourront, comme il est écrit : « Inscris un tav sur le front des hommes etc. »(Ez. 9:4).

Aussitôt cette lettre se retira de devant Lui, désappointée.

Chin

Le chin se présenta devant le Saint béni soit-il et dit devant Lui : Maître de l’univers, daigne créer le monde avec moi, car ton Nom qui est Chaddaï est scellé par moi.

Il lui dit : Je ne créerai pas mon monde avec toi.

Puis qof et rech arrivèrent liés ensemble, Il dit : Je ne créerai pas mon monde avec vous.

Qof

Toutes les lettres se présentèrent ainsi, jusqu’au kaf. Quand le kaf descendit de la Couronne (Keter), celle-ci se mit à trembler, avec les 80 000 myriades de joyaux fixés sur elle.

Le Saint béni soit-il leur dit : Pourquoi tremblez-vous ? Ils répondirent : Maître de l’univers, toute notre valeur et toute notre gloire dépendent seulement de la lettre kaf.

À présent elle est descendue de sur nous ! Celle-ci dit devant Lui : Maître de l’univers, daigne créer ton monde avec moi, car je suis une lettre de ta gloire (kavod).

Rech

Kaf

Le Saint béni soit-il la gronda, il dit:

Kaf, kaf, retourne d’où tu viens, et que ma Couronne ne reste pas amoindrie, je ne créerai pas avec toi mon monde, de nombreux milliers d’israélites sont destinés à trébucher sur toi, comme il est dit :

« Il tomba, ce Jour-la, environ (kichlochet) trois mille hommes »(Ex.32:28).

Aussitôt cette lettre s’en retourna de devant Lui, désappointée.

Ainsi des autres lettres.

Bet

Jusqu’à ce qu’intervienne le bet, qui dit devant Lui : Maître de l’univers, daigne créer ton monde avec moi, car Je suis une lettre de bénédiction (berakha), et avec moi te bénissent tes enfants d’Israël, destinés à venir au monde dans le futur, en disant : Béni (baroukh) sois-tu Seigneur.

Le Saint béni soit-il lui répondit :C’est avec toi bien sûr que je vais créer mon monde, tu en es digne !

La lettre aleph vint mais ne se présenta pas devant Lui. Le Saint béni soit-il lui dit :

Aleph, aleph, pourquoi ne te présentes-tu pas comme les autres lettres qui ont comparu devant Moi ?

Elle dit devant Lui :

Maître de l’univers, comme j’ai vu toutes les lettres qui se présentaient devant Toi repartir désappointées, et comme tu as déjà donné droit à la lettre bet d’être celle avec laquelle tu créeras ton monde, et qu’il ne convient pas au Roi des rois de reprendre un cadeau à celui à qui il l’a donné, je suis restée immobile à ma place.

Le Saint béni soit-il lui dit : Puisqu’il en est ainsi, tu seras la première de toutes les lettres, par toi je m’exalterai quand mon nom sera appelé avec toi Un (ehad).

ALPHABETS

Doubla Aval, Alpha, Bet

GANIMED

par Anibal Amiot

*

CRÉDITS

*

CONCEPTEUR WEB

www.freddymotion.com

Freddy Lavaury

*

REMERCIEMENTS

Marie-Laure Pannier

Alexandre Tissot